Swiss Alpine Music

Le cor des Alpes, instrument des bergers

 

Les bergers se sont longtemps servis des matériaux qu'ils avaient à portée de main pour façonner leurs instruments. Une manière simple de produire des sons consiste par exemple à tenir un brin d'herbe entre les pouces et à souffler dedans. Le recours à des feuilles de poirier ou de lierre est une autre possibilité, documentée dès 1511. En plaçant la feuille contre la lèvre supérieure, le «musicien» peut produire une gamme de sons qui s'étend sur deux octaves.

Les sifflets fabriqués à l'aide de tiges de plantes étaient eux aussi très répandus et les enfants aiment aujourd'hui encore les confectionner : la tige creuse est f.mp3ée à une extrémité ; à l'autre bout, on taille une encoche, et on souffle dans la tige comme dans un sifflet. Puis un jour, un berger eut l'idée d'évider le tronc d'un jeune sapin et de l'utiliser comme corne. C'est du moins ainsi qu'on peut imaginer l'invention du cor des Alpes.

Jusqu'au début du 20e siècle, le cor des Alpes était l'instrument des bergers. Il servait à rassembler les vaches pour la traite.
Sur une gravure de 1754, on voit comment un berger se sert du cor pour inciter ses vaches à escalader la dernière pente raide qui mène à l'alpage.

L'utilisation du cor à l'alpage fait l'objet de nombreuses illustrations entre les 16e et 18e siècles. Une peinture sur verre de l'Emmental (canton de Berne) remontant à 1595 montre un berger qui souffle dans son cor des Alpes pour calmer les vaches pendant la traite.

Autre thème récurrent: le jeu du cor des Alpes au crépuscule. Faisant office de prière du soir, il se pratiquait surtout dans les cantons réf.mp3és, alors que les cantons catholiques de Suisse centrale y recouraient plutôt pour rassembler les fidèles.

Aujourd'hui dépassée, la fonction principale du cor des Alpes était d'assurer la communication avec les bergers des alpes voisines et les gens de la vallée.

Histoire

© Copyright swissinfo | swissinfo - an enterprise of SRG SSR idee suisse